Millefeuille Magazine

date_range11 août 2016

Fermer la page Voir les médias
Millefeuille Magazine Millefeuille Magazine Millefeuille Magazine
Description

Lors de la dernière édition du Sugar Paris, nous avons été interviewé par le créateur de Millefeuille mag, un webzine chinois dédié au savoir-faire et au savoir-vivre français. Zack, le fondateur du magazine nous avait contacté quelques semaines avant le salon, et comme il vit à Paris, nous avons profité de notre présence à Sugar Paris pour le rencontrer et faire cette interview en live. Une très belle rencontre que nous partageons avec vous aujourd’hui.

Lien facebook : Millefeuille Mag Facebook

Lien du site original : Millefeuille Mag

Et parce que tout le monde ne parle pas couramment le chinois, voici la traduction de l'interview.

Interview Sébastien & Jonathan | Cake Révol

C’est un métier d’un nouveau genre. Et c’est deux jeunes hommes qui nous racontent aujourd’hui leur passion du Cake Design. Habiller les gâteaux et en faire des pièces uniques et reconnaissables, c’est leur métier. Accueillons Sébastien, 32 ans, et Jonathan, 31 ans.

Racontez-nous votre parcours : Où avez-vous grandi ? Qu’aimiez-vous faire ?
Sébastien : nous avons tous les deux grandi à Nantes et nous nous connaissons depuis 13 ans. Depuis petit, j’aime les jeux de construction, lego, mécano, nanoblock, mais aussi l’art et l’infographie. Je créais des morceaux de musiques, des courts-métrages, des modélisations 3D. Côté étude, j’ai fait une école d’art suite à quoi j’ai créé mon agence de design avec une amie dans web design. Après 6 ans d’activité, la crise nous a obligés à arrêter à cause de la baisse des besoins et des mauvais paiements...

Jonathan : j’aime beaucoup le dessin, les jeux vidéo et les jouets en général. Après mes études, j’ai travaillé dans la vente et la distribution, dans les jeux vidéo et les jouets justement. J’étais aussi un grand amateur de cuisine et de pâtisserie. Un jour, alors que je surfais sur le web avec une amie, nous sommes tombés sur un concours de gâteau. C’est à ce moment que j’ai découvert le concept de cake design...

Comment avez-vous concrétisé cette passion en projet d’entreprise ?
Jonathan : à l’époque, j’ai créé avec Sébastien un blog de recettes et d’actu pour enfants qui s’appelait « un jeu d’enfant ». Pour le promouvoir nous allés au premier salon Français de cake design en touriste. Là-bas, quelque chose s’est déclenchée en nous : nous avons senti la portée de ce truc ! Nous avons rencontré des professionnels du secteur, nous leur avons montré les gâteaux que nous avions réalisés... et tout ceci nous a confirmé qu’il y avait un truc à faire. Après ça, je me suis inscrit au CAP pâtisserie, que j’ai obtenu en juin 2013. Puis on a commencé en microentreprise en janvier 2014. C’est un métier très nouveau vous savez, il y a tellement de possibilités de faire des choses qu’on a pris le temps de tester, d’échanger avec des partenaires, d’analyser les premiers clients etc. Jusqu’en en octobre 2015, où on a basculé en société avec la marque Cake Révol. Nous ne voulions plus être axés uniquement sur les enfants mais sur la modernité, le graphisme et le haut de gamme.

Quelle est votre marque de fabrique ?
Sébastien : On a une vraie signature, notre propre style, qui est reconnue en France dans le petit monde du cake design ! Nous assurons une grande propreté des finitions de nos gâteaux, avec notre technique propre inspirée du web : le flat design. Nous designons les décorations de gâteaux en dessinant, en modélisant sur ordinateur, puis nous les appliquons en 2D à de la pâte à sucre que nous découpons pour assembler et décorer les gâteaux. On n’utilise très peu de moule pour faire de la 3D. On fait en sorte que chaque gâteau soit unique, personnalisé, en ne faisant que du sur-mesure.

Doit-on vous appeler pâtissier 2.0 ?
Sébastien : (Rire) C’est un nom plutôt cool ! Mais nous ne sommes pas pâtissier, nous sommes cake designer. Le cake design est un métier à part, une spécificité de la pâtisserie. La base de nos gâteaux est confectionnée par des pâtissiers professionnels et renommés. Nous, nous nous concentrons sur le design : comment habiller le gâteau et lui donner un style. Nos créations atypiques et un peu décalées nous ont permis de nous faire un nom dans ce milieu. Nous donnons également des ateliers de formation : quels outils utilisés, comment gérer l’harmonie colorimétrique, l’éclairage pour les photos, comment trouver l’inspiration... nous sommes les rares en France à proposer un programme aussi complet.

Quelle est selon vous votre plus belle création ? Pourquoi ?
Une réalisation dédiée à une exposition pour les 30 ans du tram Nantais, qui est l’un des premiers trams du monde ! Notre réalisation est restée 2 mois en exposition. Ca nous a pris 1 semaine pour la faire, avec beaucoup de pièces qu’on a du inventer. La pate à sucre ne pardonne pas d’erreur. C’est très exigeant. Il faut tout recommencer si vous avez raté votre pièce.

Ce qui a été le plus difficile dans cette aventure ?
Le cake design est un métier nouveau, qui ne rentre dans aucune case auprès des banques ou desinstitutions financières. N’ayant pas de recul sur le marché, elles ne veulent généralement pas prendre de risque pour le financement. C’est une problématique générale du cake design en France. Mais en 2015, on a réussi un financement participatif pour ouvrir un labo/atelier. On avait le financement et on avait trouvé les locaux. On était à deux doigts d’y arriver et c’est là que le propriétaire des lieux a choisi de se retourner ! Il a préféré transformer les locaux en appart pour l’appât du gain. Un an de galère pour rien...

Un témoignage ou une anecdote à nous raconter ?
Une fois, une maman voulait un gâteau surprise pour les 20 ans de son fils, qui aimait dessiner des graffitis. Sa mère a pris des photos de son carnet de croquis et nous les a envoyées. Son fils a complètement accroché ! Voici le résultat.

Quels sont vos rêves et projets d’avenir ?
Pleinement vivre de notre métier-passion, et découvrir le monde grâce à ça, en transmettant notre savoir-faire. Nous espérons pouvoir se concentrer sur la création sans que la richesse ne devienne notre leitmotiv premier. C’est un choix de vie. Nous travaillons aussi sur une innovation : le cake mapping, c’est-à-dire la projection de vidéos sur les gâteaux, avec des animations qui interagissent avec les formes et les décorations. Nous vous en dirons plus très bientôt on l’espère !

Votre devise ou philosophie de vie ?
La qualité avant la quantité. Faire de chaque création un défi unique et personnel, et non pas des productions à la chaine.

Un grand merci à Sébastien et Jonathan

 

Commentaires

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire. Celui-ci sera mis en ligne après validation.

Les champs marqués (*) sont obligatoires